The Supreme Court of Canada declared late-term abortion a threat
to women's security

La Cour suprême du Canada a déclaré l'avortement tardif une menace à la
sécurité de la femme

Communiqué
"Lancement du Mouvement mondial pour le consentement éclairé à l'avortement (MMCEA)"
(cliquer sur l'image à gauche)
y compris des extraits de la décision Morgentaler concernant les risques de l'avortement

Cartes "Cour suprême" / "Supreme Court" cards

CLICK ON IMAGE ON THE LEFT

Help the World Movement for Informed Consent to Abortion (WMICA) and distribute the "Supreme Court cards" discretely any and everywhere. In establishments, prior authorization must be obtained and the decision must be respected one way or the other.

CLIQUER SUR L'IMAGE À GAUCHE

Aidez le Mouvement mondial pour le consentement éclairé à l'avortement (MMCEA) en distribuant les "Cartes Cour suprême" discrètement n'importe-ou et partout (endroits publics). Dans les établissements, il faut bien sûr demander l'autorisation au préalable et respecter la décision rendue, quelle qu'elle soit.

Les deux types
de blessures causées  
par l'avortement​​

The two types
of injuries caused by abortion

BEFORE CONSENTING TO ABORTION,
WOMEN HAVE A RIGHT TO KNOW WHAT FOLLOWS

INJURY TO THE CERVIX

From the onset of pregnancy, the cervix becomes rigid and closed-shut so as to prepare to keep the growing baby inside. In order to be able to insert the various instruments required for abortion, depending on the technique, the cervix must be opened up, or “dilated”. This must be done very slowly and gradually, with dilators of increasing size, one after the other.

This dilation should take at least twenty minutes. However, on the Web sites of abortion clinics, it is claimed that the total time for the entire abortion is “between five and twenty minutes”. With so little time for dilation, this means that the cervix must be all the more forcefully opened.

Injury to the cervix can lead to premature birth and stillbirth, for any subsequent pregnancy.


INJURY TO THE UTERUS

From the onset of pregnancy, all the organs and tissues of the mother distend (stretch) and thin out so as to be able to welcome the growing baby, and so as to accommodate for the doubling of the mother’s blood volume. So the uterus becomes very thin and fragile. Injury to the uterus can result from any one of the various instruments used for abortion, depending on the technique.

Left untreated, perforations of the uterus can lead to hemorrhage, shock and death

Scarring due to lacerations can lead to infection and endometriosis (intense and chronic cramps). Scarring can also lead to sterility by blocking the Fallopian tubes, and such blockage can also lead to tubal ectopic pregnancy for an ulterior pregnancy (thirteen percent of maternal deaths are due to undetected ectopic pregnancy).

Scarring can also lead to a reduced capacity of the uterus to welcome an ulterior pregnancy (spontaneous abortion or placenta abuptio, hemorraging that is potentially fatal) or to the implantation of a subsequent pregnancy at a place that is improper (placenta previa, which may require delivery by C-section, which, like any surgical procedure, involves risks, but all the more so during pregnancy, which doubles the risks of any intervention).

Other abdominal organs can also be perforated.

Another possible complication of abortion, delayed, for its part, is incomplete abortion. In order to avoid general poisoning (septicemia) due to infected baby parts left behind by the abortion, the person procuring the abortion must scrape the uterus vigorously. They must reconstitute the baby, like a puzzle, on a table, to be able to make sure no body parts remain. This is no guarantee that the abortion is “complete”, but it is the best that can be done.

Other than dilators, the various instruments used for abortion that studies show cause injury are as follows:

Curette: this suction device is twenty-nine times stronger than a regular vacuum.  It must be this strong to rip the baby apart and to rip it off of the uterus;

After twelve weeks gestation, the baby body parts are too big to fit inside the curette so the baby must be ripped off and dismembered using a surgical knife as well;

For second and third trimester abortion, tongs are also used to crush the baby to make sure that it dies before it is taken out of the uterus. If still living outside the uterus and not dying, that creates additional trauma and drama for the woman, the attendants and the institution, as they feel compelled to finalise the act, by making the newborn die of hunger, thirst and/or cold, or otherwise (homicide);

Medical (chemical) abortion, for its parts induces violent uterine cramping that can also injure the uterus;

Certain methods kill the child through fourth degree burns (e. g. saline solution injection). The child violently gestures inside before it dies and is expulsed (not necessarily in that order, within a delay that can be relatively protracted and at a time and place that can be unpredictable and inopportune). These gestures of pain and protestation can also bring about injury to the uterus;

The death of the baby by heart attack (injection of potassium chloride or digoxin inside the heart of the baby), paired with early induction of labour, lead to violent contractions that can also damage the uterus, and the risk of a live birth remains.

Studies and references showing all the other possible consequences of abortion are accessible at www.abortinfo.org. For example, one cannot logically think that the hormonal disruption caused by the interruption of pregnancy in its course of development will not have some kind of repercussion on procreative health or even on overall health, as the latter is, for a significant part, based on the non-disruption of the natural hormonal balance.

The Supreme Court of Canada decreed, in 1988, that "the risks of abortion increase exponentially with each week of gestation", and that "late-term abortion constitutes a threat to women’s security". See the relevant Morgentaler Decision extracts in the press release above.

Women have the right to know about abortion risks and also about the options of open, semi-open or closed adoption ( www.adoptionviverecanada.com), for both healthy newborns and those with uncertain or difficult diagnoses, as well as about existing resources for social integration during difficult pregnancy. It is up to the woman to decide if she is willing to assume the risks. It is not up to society to hide them. All of the above summarizes the right to informed consent, acquired through tort law.  


AVANT DE CONSENTIR À L'AVORTEMENT,
LA FEMME A LE DROIT DE SAVOIR CE QUI SUIT

BLESSURES AU COL DE L’UTÉRUS

Dès le début de la grossesse, le col de l’utérus devient rigide, resserré et refermé de façon à se préparer à retenir l’enfant qui grossit dans l’utérus. Pour pouvoir insérer les divers instruments requis pour l’avortement, selon la technique, le col de l’utérus doit être ouvert, ou « dilaté ». Cela doit être accompli très lentement et graduellement, avec des dilatateurs de taille croissante, l’un après l’autre.

Cette dilatation devrait prendre au moins vingt minutes. Toutefois, sur les sites Web des cliniques d’avortement, on indique que l’intervention au complet dure « entre cinq et vingt minutes ». Avec si peu de temps pour la dilatation, cela signifie que le col de l’utérus doit être d’autant plus forcé.

Les blessures au col de l’utérus peuvent mener, pour toute grossesse subséquente éventuelle, à la naissance prématurée et à la mortinaissance (fausse couche).

BLESSURES À L'UTÉRUS

Dès le début de la grossesse, tous les organes et tissus de la mère se distendent (s’étirent) et s’amincissent de sorte à pouvoir accueillir le bébé qui grossit, et à accommoder le doublement du volume de sang de la mère. Ainsi l’utérus devient très mince et fragile. Les blessures à l’utérus peuvent être causées par n’importe quel des instruments utilisés pour l’avortement, selon la technique.

Non traitées, les perforations de l’utérus peuvent mener à l'hémorragie, au choc et à la mort.  

Les cicatrices laissées par les lacérations peuvent mener à l’infection et à l’endométriose (crampes intenses et chroniques). Les cicatrices peuvent également mener à la stérilité, en bloquant les trompes de Fallope. Ce blocage peut également mener à la grossesse ectopique tubaire, en cas de grossesse ultérieure (treize pour cent des mortalités maternelles sont causées par ce type de grossesse non repéré à temps).

Enfin, les cicatrices peuvent réduire la capacité de l’utérus d’accueillir l’implantation d’une grossesse ultérieure (avortement spontané ou placenta abruptio, ce dernier entraînant une hémorragie potentiellement fatale), ou faire en sorte qu’une grossesse subséquente s’implante à un endroit qui n’est pas souhaitable pour la grossesse (placenta previa, lequel peut exiger le recours à l’accouchement par césarienne, ce qui comporte son lot de risques également, comme toute intervention chirurgicale, et surtout pendant la grossesse, lequel état double les risques de toute intervention).

D'autres organes abdominaux peuvent également être perforés.

Une autre complication possible de l’avortement, différée, celle-là, est l’avortement incomplet. Afin d’éviter l’empoisonnement généralisé (septicémie) causé par les parties de cadavre infectées laissées derrière par l’avortement, la personne qui procure l’avortement doit gratter vigoureusement l’utérus. Ils doivent reconstituer le bébé, comme un casse-tête, sur une table, afin de tenter de s’assurer qu’aucun membre du bébé ne demeure à l’intérieur. Cela ne constitue pas une garantie que l’avortement soit « complet », mais c’est le mieux qu’on puisse faire.

Outre les dilatateurs, les instruments utilisés pour l’avortement qui sont signalés, dans diverses études, comme causes de blessures sont les suivants:

Curette : cet appareil de succion est vingt-neuf fois plus puissant qu’un aspirateur ordinaire. Il doit être de cette puissance pour déchiqueter le bébé et l’arracher de l’utérus ;

Après douze semaines de gestation, les parties du corps du bébé sont trop grosses pour passer à l’intérieur de la curette alors le bébé doit être arraché et démembré en ayant recours à un couteau chirurgical en plus ;

Pour l’avortement au deuxième trimestre et au troisième trimestre, des pinces peuvent être utilisées également pour écraser le bébé de façon à s’assurer qu’il soit bien mort avant de l’extraire de l’utérus. Une fois à l’extérieur de l’utérus, si le bébé est encore vivant et n’est pas mourant, cela engendre un traumatisme additionnel tant pour la femme que pour le personnel, car ils se sentent obligés de finaliser l'acte et sont ainsi menés à chercher à tuer le nouveau-né (homicide), par exemple en le faisant mourir de soif, de faim et/ou de froid, ou autres ;

L’avortement chimique, ou « médical », pour sa part, induit de violentes crampes utérines qui peuvent également causer des blessures à l’utérus ;

Certaines méthodes font mourir l’enfant au moyen de brûlures au quatrième degré. L’enfant se débat violemment à l’intérieur avant de mourir et d’être expulsé (pas nécessairement dans cet ordre, dans un délai qui peut être relativement prolongé et à un moment et à un endroit qui peuvent être impromptus et inopportuns). Ces mouvements peuvent également causer des blessures utérines ;

La mort du bébé par crise cardiaque (injection de chlorure de potassium ou de digoxine dans le cœur du bébé), jumelée à l’induction précoce du travail, engendre de violentes contractions qui peuvent aussi endommager l’utérus, et le risque du traumatisme et du drame de la naissance vivante demeure.

Les études et références en lien avec toutes les autres conséquences possibles de l’avortement sont accessibles au www.droitdesavoir.org. On ne peut penser, par exemple, que le choc hormonal que représente l’interruption d’une grossesse dans son plein développement ne pourra se répercuter sur l’équilibre hormonal, tant pour la santé procréative que pour la santé en général, laquelle dépend en bonne partie de la non-perturbation de l’équilibre hormonal naturel.

La Cour suprême du Canada a décrété, en 1988, que "les risques de l’avortement croissent de façon exponentielle avec chaque semaine de gestation", et que "l’avortement tardif constitue une menace à la sécurité de la femme". Voir les extraits de la Décision Morgentaler pertinents dans le communiqué de presse ci-dessus.
 
La femme a le droit de connaître les risques de l'avortement ainsi que les autres options que sont l’adoption ouverte, semi-ouverte ou fermée ( www.adoptionviverecanada.com), tant pour les nouveau-nés en pleine santé que pour ceux ayant un diagnostique difficile ou incertain, ainsi que toutes les ressources existantes de maintien de l’intégration sociale pendant la grossesse difficile. C'est à la femme de décider si elle est prête à assumer ces risques. Ce n'est pas à la société de les lui cacher. C'est ce qui signifie le droit au consentement éclairé, acquis dans le contexte du droit sur la responsabilité civile délictuelle.
  

  

www.adoptionviverecanada.com

Discover open, semi-open and closed adoption for newborns. There are many more options than are promoted. Some organizations are specialized, for example, in the adoption of children with difficult or uncertain diagnoses and prognoses. A host of resources exist to facilitate social integration during difficult pregnancy (study programs, residences). Women have the right to be informed about them.
Découvrez l'adoption ouverte, semi-ouverte ou fermée pour nouveau-nés. Il y a beaucoup plus d'options que celles présentées. Certains organismes sont même spécialisés dans l'adoption d'enfants dont le diagnostic ou le pronostic est incertain ou difficile. il existe des ressources pour favoriser le maintien de l'intégration sociale au cours de la grossesse (programmes d'étude, résidences). Les femmes ont le droit d'en être informées.

Research reports on the non-reliability of official statistics on legally-induced abortion morbidity and mortality

Four research reports that show how mortality due to legally-induced abortion must be coded not under "legally-induced abortion" but under "external cause - medical misadventure", and how morbidity due to legally-induced abortion can be attributed to categories other than "legally-induced abortion" like "pregnancy in general", "unspecified abortion", etc. Click on each image.